Catégories
Hyboriens

Aquiloniens

Description du territoire :

L’Aquilonie est le plus en vue des royaumes hyboriens, situé à l’est de la Désolation Picte, à l’Ouest de la Némédie, au nord de Zingara et d’Ophir et au sud de la Cimmérie. Elle possède un climat tempéré. Les Monts Frontières de Némédie délimitent naturellement ses frontières à l’Est, les collines forestières de la Cimmérie au nord, le large fleuve Tonnerre à l’ouest et le Tybor à l’est. Une autre région montagneuse émerge du sol dans la province du sud de Poitain, flanquée des rivières Alimane et Khorotas. La région frontalière des Marches Orientales entre le fleuve Tonnerre et le Fleuve Noir est peu habitée et est convoitée par les Pictes.

A l’est du fleuve Tonnerre et s’incurvant vers le nord près des terres de Cimmérie se trouve une province étroite appelée les Marches Bossoniennes. Les nobles d’Aquilonie n’ont semble-t-il pas été capables d’étendre leur domination au-delà de cette région peuplée de quelques villages seulement. Une autre enclave qui semble avoir résisté au pouvoir nobiliaire de l’Aquilonie est le Gunderland, dans les collines du Nord-Ouest. Son peuple est ancien, de pure souche hyborienne, et ne s’est jamais considéré comme faisant partie de l’Aquilonie. La capitale d’Aquilonie est Tarantia, sise sur la Route des Rois, la principale route reliant l’Orient à l’Occident dans le monde hyborien. Les terres intérieures sont irriguées par les rivières Shirki, Khorotas, Ossar, Furie et la Valkia. A l’Est de la Shirki et au pied des collines de Némédie s’étendent des plaines fertiles entrecoupées de bosquets de mauvaise réputation. Avant que Conan ne devienne roi, la plupart des récoltes étaient séquestrées par l’aristocratie, forçant les populations à s’aventurer toujours plus loin dans les Marches Occidentales. L’histoire d’Aquilonie est complexe.

A l’époque d’Achéron, les Aquiloniens ont échoué dans leur tentative d’envahir l’Hyborée et ses terres devinrent hyboriennes à leur tour. C’est à ce moment que ce pays est devenu « le point de mire du monde occidental », le plus puissant d’un point de vue commercial et militaire, mais qui ne vient qu’en deuxième place derrière la Némédie du point de vue de la richesse culturelle.

Sous le gouvernement du prédécesseur de Conan, la maison royale d’Aquilonie avait atteint un niveau de décadence extrême et les Marches Occidentales étaient au bord de la révolte. C’est là que le héros barbare prit le pouvoir, aidé par une faction de chevaliers du Poitain qui lui permit de renverser le trône. (Cette période n’est pas encore arrivé par rapport au BG du serveur).

  • Population : 5.800.000.
  • Capitale : Tarantia (pop. 380.000).
  • Dirigeant : Numénides III
  • Cités principales : Shamar, Tanasul.
  • Niveau de technologie : Ere Mérovingienne.
  • Alliés : Corinthe
  • Ennemis : Némédie, Koth, Ophir et les Pictes.
  • Religions : Mitra, Asura, Ibis.
  • Inspirations : Francs et Mérovingiens et quelques aspects de la Rome Antique.

Influences connues pour Robert E. Howard :

Ce territoire correspond plus ou moins à la France médiévale, avec quelques aspects romains et anglais. Aquilonia est le nom d’une ville d’Italie du Sud et un ancien nom de Quimper, une ville de Bretagne, mais le nom Aquilonie ressemble également à celui de l’Aquitaine.

Honneur

Les Aquiloniens ont tendance à avoir un code d’honneur détaillé, bien que des codes d’honneur alternatifs existent.

L’honneur est un véritable concept pour les Aquiloniens, un facteur qui influe sur leur réputation, leur moralité, leurs identités et la perception de soi.

Cet honneur s’étend à la famille et aux amis. L’honneur contesté donne lieu à des duels ou d’autres formes de recours. L’aristocratie considère que son honneur permet de se tenir au-dessus de la populace ; l’honneur pour eux est aussi réel qu’un château mais est bien plus important, un château peut facilement être réparé alors qu’un honneur détérioré est très difficile à redorer.

Des actes qui, autrement, seraient considérés comme criminels peuvent être excusés s’ils sont commis comme une question d’honneur. L’honneur est particulièrement important sur les frontières de l’Aquilonie où l’application de la loi est minimale et les gens appliquent leurs propres lois.

Allégeance

L’Aquilonie est construite sur le concept d’allégeance envers
d’autres. Tout le système féodal dépend de l’allégeance,
les liens réciproques entre les individus et entre
familles.

Les allégeances sont considérées comme plus importante que la loi.

Un personnage honorable déclarera au moins une allégeance.
Les personnages dont l’allégeance est inconnue, ou pire qui n’ont pas d’allégeance, ne sont pas considérés comme peu fiable en Aquilonie.

Vêtements aquiloniens


La plupart des habitants d’Aquilonie portent des vêtements en laine et des sous-vêtements en lin. La plupart portent simplement des
tuniques avec cordelettes et bottes en cuir souple.

Les riches à travers l’Aquilonie s’habillent bien, préférant des couleurs plus vives, de meilleurs matériaux et des longueurs plus importantes que les styles portés par les paysans. Des jupons de soie élaborés, ajustés les vestes, les jupes tressées et les manches brodées sont typiques les tenues portées dans les cours d’Aquilonie.

Les cheveux sont généralement bouclé et parfumé, lié avec un tissu d’argent ou des bandes de tissu d’or. Des chapeaux à plumes ornent les têtes de la plupart des aristocrates masculins. La plupart les nobles portent des épées, bien que beaucoup d’entre eux ne sont que des armes de cérémonie. La mode masculine comprend souvent une moustache.


Malgré ces similitudes, les styles de vêtements varient de région en région en Aquilonie :

En Tauran et dans les baronnies centrales et comtés, les femmes portent des bas de laine attachés à une ceinture pour couvrir leurs jambes. A cote, un manchon long, taille basse, robe à longue jupe. Un pardessus à manches courtes est porté sur le coté et un manteau est fixé sur l’épaule.

Les femmes riches portent des foulards léger sur la tête et la nuque, une écharpe qui couvre le cou. Les hommes des régions centrales portent des vestes plissées.

Dans le Gunderland et la Bossonie, les femmes portent des vestes courtes, sans manches et des culottes appelés pélicons, comme sous-vêtements. A manches longues, des chaînes de la longueur de la cheville sont portées sur les pélicons. Des boucles à jupes courtes avec des manches longues et évasées sont portées sur les chaînes. Les manteaux ou capes sont souvent portés attachés au col. Les cheveux des femmes sont portés tressés, bien que non mariés les femmes et les jeunes filles peuvent porter leurs cheveux détachés. Les hommes portent des tuniques avec surcouches. Les hommes de Gunderland portent leurs cheveux longs, généralement retenue en queue de cheval.

Dans le Poitain, le vêtement féminin est un décolleté avec chemise à manches longues. Par-dessus la chemise, on porte un corset à manches courtes qui met en valeur la chemisier. Une houppelande, une robe volumineuse à manches longues et évasées, est portée par des femmes plus riches. La taille est portée haut dans le Poitain. Durant le mauvais temps, les manteaux sont utilités, attachés par une sangle sur l’épaule.

Les femmes portent également des couvre-chefs élaborés, souvent de hautes coiffes avec des voiles. Les hommes portent des tuniques et jupes. Plus la jupe est longue, plus l’homme est riche.

Dans la Westermarck, pratiquement tous les vêtements sont faits maison. Les hommes et les femmes des régions frontalières confectionnent souvent des vêtements de peaux : bottes en peau de daim lacées à mi-hauteur jusqu’au genou, les chemises et vestes en peau de cerf, la fourrure ou des chapeaux de paille. Les Aquiloniens frontaliers plus riches pourraient faire du commerce avec les Bossoniens pour les tissus de lin ou de soie et s’habiller de manière plus traditionnelle, à la mode aquilonienne. Bien que peu de frontaliers se préoccupent de la mode et la décoration.

Armée Aquilonienne


Les seigneurs locaux maintiennent leur propre armée et peuvent être mandé par le roi pour se battre. Ces militaires, chevaliers et les cavaliers, deviennent leur propre classe sociale durant le règne de Conan.

Souvent, ces combattants ont des noms pour leurs unités ; les troupes impériales sont connues sous le nom de Légion et chevaliers protecteurs personnels du roi sont connus sous le nom de Dragons noirs.

Les soldats de l’Aquilonie comprennent à la fois une puissante cavalerie et une impressionnante infanterie. L’Aquilonie est unique au monde, dans sa formation d’infanterie. Le gros des troupes est composée de Gundermen, qui excellent à la lance et à la hache et les archers bossoniens, qui sont sans égal à l’époque durant l’age Hyborien pour leurs maîtrisent de l’arc.

En temps de guerre, le roi Conan peut commander des armées de plus de 50 000 hommes, comme il l’a fait lors du « Temps du dragon ». (Cette époque n’est pas encore arrivé sur notre chronologie)

Les troupes en Aquilonie sont souvent signalées par l’oliphant, un instrument en ivoire orné qui, interprété habilement, peut être utilisé pour imiter tous les sons; allant du rugissement d’un lion au murmure d’une douce brise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *