Catégories
Méridionaux

Kothiens

Un royaume hyborien au sud d’Ophir, de Corinthe et de Zamora,au nord de Shem et d’Argos et bordé à l’est par Khoraja et le Khauran. Les terres de Koths ont un véritable exercice de style géographique. Les pics vertigineux des Monts Karpash sont une frontière efficace le long de Corinthe, et cette région n’est jamais traversée par les caravanes. Plus à l’Ouest, les montagnes adoucissent leur courbe pour former des collines sous la frontière occidentale de l’Ophir. Le long de la frontière argossienne, les Monts Pyrrhéniens dévient les courants aériens pour créer l’ouest des prairies semi-humides de Koth,se transformant vers l’est en désert à l’est de Khorshemish. Ces montagnes s’incurvent vers le sud puis vers l’est au-dessus de Shem. Elles deviennent des collines rocailleuses, gagnant en hauteur et en inviolabilité près des Monts Enflammés, une chaîne volcanique. La route importante qui court vers le sud hors de Khorshemish traverse une passe sur le chemin d’Eruk, en Shem.

Un millier de kilomètres de hautes terres culminent dans l’Escarpement Kothien, un haut mur qui court le long du Désert Orient a l avant de s’élever au sud des Monts Kézankiens.

La région orientale de ce royaume est décrite comme des terres fertiles. Cela présuppose que les collines au sud de Zamora agissent comme un piège pour l’humidité de manière à hydrater les terres et à former rivières et lacs. Un système de bassins et de drainage artificiel occupe cette partie orientale de Koth. Il y a aussi une réserve naturelle d’eau salée au centre de Koth que l’on appelle le Lac Salé, entouré de petits lacs d’eau douce. Koth possè de des prairies et des vergers dans ses régions occidentales et des fermes dans les terres orientales plus élevées. L’étrange désert de Koth, est situé au centre du royaume.


Son ancienne capitale, Khorshemish, est le centre de la confection d’armures qui fait la fierté de Koth. Tous les érudits qui traitent de l’histoire de Koth en font le premier royaume hyborien.

La géographie du continent et ses effets sur les migrations des premiers Hyboriens rend cette théorie peu plausible. Koth est très ancien,mais ne fut probablement pas établi par les Hyboriens. Des réfugiés valusiens constituent sans doute une piste plus réaliste.


Des bases historiques plus sérieuses rapportent que les hyboriens de Koth repoussèrent les anciens Stygiens hors des prairies occidentales de Shem dans les terres au sud du Styx. Les hôtes Kothans durent alors se retrancher derrière leurs ultimes frontières lorsque les cités états shemites grandirent en puissance. Koth est constamment au bord de la guerre civile. Son roi, est décrit comme indigent par les nations voisines.

• Population: 5.700.000.
• Capitale:
Khorshemish (pop. 950.000 dont un tiers d’esclaves étrangers).
• Dirigeant:
Empereur Strabonus.
• Villes importantes:
Krosha,Korveka.
• Niveau de technologie:
Ere Romaine.
• Alliés:
Ophir, Corinthe, Némédie.
• Ennemis:
Aquilonie, Khoraja.
• Religion:
Ishtar, Bel, Set.
• Inspirations:
Correspond à l’État Hittite.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Correspond à l’État hittite ; la capitale du Koth, Khorshemish, correspond à la capitale hittite, Karkemish.

Allégeance

Bien qu’il ne soit pas aussi féodal que l’Aquilonie ou le Nemedie, Koth se maintient par des serments de loyauté et d’allégeance.

Le serment d’allégeance implique généralement d’apporter des vêtements de femmes et une flèche à la cérémonie.

Ceux qui prêtent serment d’allégeance brisent la flèche et jurent que
leurs propres armes seront détruites si leur vœu brisé; puis on montre les vêtements et ceux qui jurent, et ils promettent que s’ils rompent leur serment ils travailleront à jamais aux tâches des femmes.

Ces serments sont considérés comme personnels et non transférables, c’est-à-dire que si une partie du serment devait mourir, le serment doit être renouvelé par les hérités pour être valide.

Vêtements Kothiens

Les citadins s’habillent bien, ils portent souvent différentes sortes de tabliers par-dessus leurs vêtements selon leur métier.
Les femmes portent des robes et des vêtements brodés de couleurs vives.

La noblesse porte des pantalons en velours couleur olive et des chemises en soie de fabrication étrangère, des robes brodées de couleurs vives et des armures gravées de facture artistique.
Les nobles de Koth préfèrent les moustaches pointues ainsi que les cheveux parfumés et bouclés.

Armée de Koth

L’armée se compose principalement de chevaliers et de cavaliers à la visière sombre; bien qu’ils soient soutenus par des lanciers, des troupes de mercenaires et généralement des archers shemites. Les troupes de Kothian portent des marquages embossée avec le casque doré de Koth.

La plupart portent la barbe, souvent à la manière des Shemites voisins.


La Cavalerie royale contient les plus grands guerriers de Koth. Ils ont le meilleur entraînement, les armes les plus lourdes et le soutien logistique le plus sophistiqué. Ils sont à juste titre fiers de leur réputation de chevaliers parmi les plus compétents qui soient.


Bien sûr, les Poitaniens ne sont pas d’accord avec cette évaluation, mais la séparation des deux forces d’élite exigent qu’elles ne pourront jamais une chance de régler leurs différends. Chaque membre de la calaverie royale porte une armure de plaque et un grand heaume avec des panaches de couleur. Ils portent de lourdes lances, des mots larges et de grands boucliers dans la bataille.

La quintessence du fantassin Kothian est le lancier. Des géants habillés en brigandine et des casquettes en acier, ces soldats soutiennent la chevaliers. En plus de leurs lances de guerre, ils portent des épées comme armes de secours.
L’introduction du lancier à Koth a élevé les unités de lanciers vétérans à un statut presque d’élite.

Certains soldats kothiens deviennent des lanciers. Structurellement l’équivalent des hommes d’armes d’Aquilonia, les lanciers de Koth
sont une organisation relativement nouvelle dans l’ancienne armée kothienne.


Ils remplacent lentement les grandes piques, qui autrefois dominé le champ de bataille. Cette transition s’est passé sans aucune tension. Les militaires plus âgés ne sont toutefois pas prêts à se battre avec les lanciers, les laissant avec de jeunes chefs inexpérimentés ou des capitaines mercenaires.

Koth n’a pas encore les moyens d’équiper ses lanciers de lourdes armure. Ils doivent plutôt se contenter d’armure de cuir et de petites pièces de fer.

La cavalerie kothienne, appelée chevaliers, présente le modèle d’organisation militaire pour la plupart de la région. Tout guerrier monté est généralement appelé chevalier à Koth, quelle que soit sa lignée. Les chevaliers nobles
font partie de la cavalerie royale. Extrêmement bien équipés, les chevaliers passent la majorité de leur temps en formation militaire. Les chevaliers sont formés pendant sept ans avant d’être lancés au combat.

Le coût de l’entraînement d’un seul chevalier est énorme ; heureusement, l’impact d’une charge massive fait plus que compenser. Les chevaliers de Kothian portent des armures à plaques surmontées de casques à visière. Ils portent au combat de grands boucliers, de lourdes lances et des épées.

Koth entretient également une cavalerie de tirailleurs à cheval légers appelés spahis. Ils sont souvent envoyés en éclaireur et pour ravager une compagnie avant que le gros de l’armée n’arrive.

Catégories
Méridionaux

Stygiens

Le qualificatif est stygien. Nichée dans sa retraite désertique, protégée par le puissant Styx, se trouve la Stygie. L’ancienne culture stygienne est en déclin, retournant sa malveillance contre elle-même, mais elle est aussi la source d’un grands avoir magique qui est toujours susceptible d’asservir le monde occidental.

C’est un royaume du sud bordé par l’Océan Occident a là l’ouest, le Styx au nord et à l’est, les royaumes de Kush, Darfar et Keshanau sud. Les terres sont partiellement occupées par des forêts, des marais et on compte de nombreuses îles à l’ouest des côtes,mais la plus grande partie du centre du pays est recouvert par un désert aride, hérissé de tombeaux et de sinistres ruines. Au sud de la plaine herbeuse se trouvent les marais hantés dits du Lotus Mauve. La forêt pluviale commence près de la frontière du Darfar et de Keshan. Des terres cultivées se succèdent le long du fleuve.

Les Stygiens constituent un peuple mystérieux, dont l’élite dirigeante est grande et porte le nez aquilin alors que les classes inférieures sont un mélange de Noirs, de Stygiens, de Shémites et d’Hyboriens variés. La Stygie est une nation décadente et sa population est en déclin. Les seules terres cultivables se trouvent le long du Styx.

L’économie est basée sur l’élevage
nomade, la pêche, la manufacture, la joaillerie pour les amulettes et les talismans ainsi que la production de drogues. La Stygie forme d’excellents sorciers. Ceux-ci entretiennent des liens avec le lointain Khitaï afin de s’approvisionner en denrées magiques. Les routes commerciales sillonnent le pays, apportant des biens divers aux Royaumes Noirs et en y puisant ses esclaves. Il y a aussi quelques tisserands et forgerons. La Stygie est une théocratie, contrôlée par les prêtres de Set, le dieu-serpent.


La capitale administrative et le siège du roi est Luxur, au centre et au sud du Styx sur une route caravanière importante. Le plus grand port et principal siège religieux est Khemi, sur l’estuaire du Styx. Sukhmet et Kheshatta sont des cités caravanières qui reçoivent les marchands des Royaumes Noirs. Depuis la côte, il est possible de suivre une caravane jusqu’à Sukhmet et au-delà. Après le Cataclysme, la Stygie fut envahie par les survivants lémuriens originaires de l’Orient. Ils détruisirent une race pré-humaine d’hommes serpents. Quelques survivants de cette race continueraient à vivre au sud. Le dieu serpent de la nation serait un résidu culturel de cette période.


• Population: 2.100.000.
• Capitale:
Luxur(pop.200.000).
• Dirigeant:
Pharaon Ctesiphon.
• Villes importantes:
Khemi(pop.550.000), Kheshatta(pop.70.000), Harakht(pop.86.000), Sukhmet(pop.34.000).
• Niveau de technologie:
Age de Bronze.
• Alliés:
Kush, Turan, Zembabwei.
• Ennemis:
Shem, Darfar, Keshan.
• Religion:
Set, Derketo, Ibis.
• Inspirations:
Egypte Antique, Film le Roi Scorpion.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

La région correspond à l’Égypte. Son nom dérive de celui du Styx, un fleuve des Enfers dans la mythologie grecque.

Les lois stygiennes sont restrictives et brutales.


Des permis sont nécessaires pour de nombreux les éléments de la vie, cela ne se limite pas à changer de lieu de résidence ou des restrictions de port d’arme ou des armure. Ces permis fournissent de puissants outils au gouvernement stygien est notamment des revenus et une sécurité intérieure.

La vente de permis voit un flux régulier de revenus pour les classes dirigeantes. La sécurité interne est assurée car les permis sont souvent refusés et cela empêche les dissidents connus de se rassembler. Cela n’offre aucun recours juridique à ceux qui se voient refuser un permis et tout est fait en sorte pour affliger des sanctions sévères à tout ceux qui n’ont pas de permis, telles que des amendes, la confiscation de biens et même des mutilations physiques: flagellation sur place publique, emprisonnement ou l’exécution. Les corps des criminels ne sont pas momifié. On les laisse pourrir, leur refusant un repos éternel dans l’au-delà avec le Père Seth.

Les crimes religieux sont punis encore plus sévèrement que les crimes laïques. Ne pas assister à une cérémonie religieuse est une faute avec une lourde amende. L’absence de dîme au temple donne lieu à des amendes encore pires que la dîme aurait été, déplus le contrevenant devra verser la dîme dût. Les cérémonies font parti de la loi et les prêtres font toujours payer ces services.

Les exemples de ces rites obligatoires sont nombreux : les cultures doivent être béni ; tous les enfants doivent être consacrés au Père Seth ; même les morts ont des rites funéraires qui doivent être réalisés et payés.


Le non-respect de ces exigences peut être considéré comme une hérésie ; la sanction pour hérésie est la mort, la confiscation de tous les biens et l’asservissement de toute la famille du contrevenant.
Les manquements répétés seront très certainement considérés comme une hérésie. En plus des rites requis, plusieurs animaux bénéficient d’un statut religieux protégé.

Les serpents et les hippopotames sont sacrés et peuvent exister sans être molestés en Styrie. Il est interdit par la loi stygienne de blesser l’un ou l’autre de ces animaux, ce qui entraîne le cas échéant une accusation d’hérésie. Bien que le sacerdoce n’insiste pas sur un comportement particulier devant un hippopotame, tous les Stygiens doivent se coucher lorsqu’ils voient un serpent et attendre qu’il attaque ou passer à autre chose.

Si un serpent attaque, le Stygien doit accepter l’honneur d’être considéré comme béni par le Père Seth et personne ne doit essayer de le sauver. La plupart des Stygiens ainsi bénis s’en vont mourir tranquillement.
C’est une coutume étrange mais acceptée par le peuple de la Stygie avec un
grand respect.

Vêtements en Stygie

Les Stygiens ne portent que peu ou pas de vêtements. Les vêtements portés sont fins, presque transparents ; plus le Stygien est riche, plus les vêtements sont transparents.
La soie est un matériau courant en Styrie, porté même par les ouvriers de base. Le lin est un autre matériau utilisé pour les vêtements. La plupart des Stygiens enlèvent tous les poils de leur corps et portent des perruques.

Le henné est une teinture utilisée pour rougir les ongles et les cheveux. Le khôl est une poudre noire qui sert à recouvrir les yeux, à peindre les sourcils et à assombrir les cils.
La base des vêtements en Stygien est une simple pièce de lin rectangulaire enroulée dans le sens des aiguilles d’une montre autour du corps pour couvrir la zone située entre la taille et les genoux. Les Stygiens tournent le l’extrémité de ce pagne pour le rendre doublement épais. Un morceau de linge est ensuite tiré contre le corps et lassé pour empêcher la partie intérieure de glisser vers le bas.

Les hommes plus riches portent un autre kilt, à moitié plissé et enfilé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, dont la partie plissée est tirée vers l’avant jusqu’à un nœud particulièrement serré qui est ensuite caché. Les nobles portent des kilts longs et transparents sur les kilts courts, à moitié plissés. Les hommes plus âgés portent un kilt plus long que les jeunes hommes.

Les femmes portent généralement des vêtements longs, blancs, lisses et tuniques ajustées et soutenues par de larges bretelles. Le haut de la tunique vient au-dessus ou juste en dessous des seins tandis que le partie du bas de la tunique atteint la cheville. Cette conception permet pour une grande liberté de mouvement pour utiliser des armes sans contrainte. Cette robe est également agréable pour danser et bouger..

Les tuniques coûteuses peuvent être peintes avec un motif de plumes. Une robe longue en lin de Styrie pour femme ont très souvent un large décolleté, convergeant vers la taille. La plupart des robes ne couvrent qu’une seule épaule, laissant l’autre épaule et un sein nu.
Souvent, la tunique ou la robe est recouverte d’un vêtement extérieur, un manteau lisse ou plissé, fabriqué à partir du meilleur lin. Elle peut avoir des manches courtes ou être épinglée sur le buste. Certaines versions sont attachées dans des plis décoratifs. Les vêtements extérieurs sont toujours assez transparents pour mettre en valeur les courbes féminines.

La plupart des femmes portent encore des vêtements traditionnels en plus de leurs tuniques. Les plus chères des versions sont diaphanes et étanches. Différentes classes portent certains manteaux. Conan s’est faufilé dans Khemi en portant une fois un manteau de pêcheur, puis plus tard a remplacé cela par un manteau de prêtre. Un manteau est essentiellement une cape aux épaules ou aux hanches. Les prêtres parfois portent leurs vêtements par-dessus des robes, parfois juste par-dessus leurs kilts. Le manteau se termine par une frange nouée en petits nœuds. Les nobles portent des manteaux de soie.

Certaines femmes nobles portent de la faïence perlée sur leurs robes. Le motif s’apparente à un filet de pêche, avec une forme en diamant. Ces robes sont extrêmement attractif. Elles sont le plus souvent bleus.

Dans les occasions festives, la classe supérieure les femmes stygiennes portent des filets de rouge, de bleu ou des perles de faïence cylindriques vertes au centre de leur tunique. Ces filets limitent les mouvements, rendant même la position assise difficile. Parfois, la mode justifie l’inconfort.

Les femmes plus pauvres imitent ce style en nouant un ou deux cordons de perles autour de leur taille ou même des rubans avec des rayures colorées.
Un commerçant porte un kilt en lin opaque, des sandales et un manteau de haute qualité. Le manteau du marchand tombe généralement au niveau des hanches, avec le hiéroglyphe du commerce peint autour des bordures.

Les membres de la royauté Stygienne portent des vêtements différents de ceux des autres classes de la population de Stygie, en jouant de leur pouvoir et de l’influence des dieux. Leurs vêtements ne sont jamais achetés. Les fabricants apportent à la royauté de Stygia leurs vêtements comme cadeaux de dévotion. Il n’y a donc pas de prix pour les articles suivants. Ils ne peuvent aucunement être achetés en Stygie. Aucun artisan ne les ferait pour toute autre personne que le roi et sa famille.
Le linge de maison de la plus haute qualité est si fin qu’il est translucide au point d’être opaque.

  • Nemes : C’est la coiffe royale, avec de fins plis en accordéon sur les lappets. La bande est attachée juste au-dessus des sourcils et nouée à l’arrière.
  • Faux barbes : Portées par les hommes et les femmes de la famille royale. la stature, une fausse barbe est un symbole important de la divinité en Stygie.
  • Shendyt : Le kilt royal, entièrement plissé en accordéon, est enroulé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre autour du corps. Au lieu de vêtements, de nombreuses femmes royales et nobles choisissent simplement de peindre leur corps au henné, souvent avec des motifs en forme de filet. Outre la peinture et peut-être quelques bijoux de choix, elles se mettent nues ou se mettent torse nu. La plupart des esclaves travaillent nus. Les esclaves qui sont les jouets de la noblesse portent de curieux colliers verts pour éviter qu’ils ne soient achetés et vendus à des roturiers.

Les servantes s’acquittent de leurs tâches en ne portant des jupes ou des tabliers si nécessaire. Sinon, ils exercent leurs fonctions nu. On attend d’eux qu’ils maintiennent les corps glabres afin de ne pas embarrasser ceux pour qui ils travaillent. Serviteurs qui ont des fonctions cérémonielles dans les temples de Seth portent une robe rouge.

Armée Stygienne

La Stygie possède des frontières parmi les plus sûres au monde, avec une armée impitoyable et disciplinée.

La théocratie au pouvoir, obstinément conservatrice, force ses castes guerrières à porter des armures obsolètes et à utiliser des armes anciennes, y compris des chars de guerre encore fabriqués de manière traditionnelle.
Le combat de chars est un art noble et la cavalerie est un art réservé aux mercenaires étrangers. Si les armées stygiennes sont des anachronismes ambulants, même à l’époque des Hyboriens, elles sont toutefois efficaces.

Leurs hommes et leurs chevaux sont habitués au climat et à la géographie de la Styrie. Leurs armées sont également renforcées par les prêtres-sorciers, qui sont capables de lancer des pestes noires pour aider à repousser les envahisseurs. L’armée est bien coordonnée et extrêmement mobile, courageuse et redoutable. Elle est considérée comme une puissance militaire majeure. L’armée stygienne pourrait être appelée à écraser rapidement des envahisseurs, même avec des tactiques et de équipement supérieures.

Il est intéressant de noter que, malgré ses forces, la Stygie est très réticente à envoyer ses forces à l’étranger, même pour récupérer les terres capturées.

lubs, maces à tête de pierre, poignards de bronze et de cuivre et les fers de lance sont des armes typiquement stygiennes. Le khopesh est une arme courante utilisée en Styrie. La plupart des armes sont fabriquées en bronze en Styrie, ici les artisans de la région sont consacrées aux anciennes méthodes. De même, les armures sont faites de bronze et est typique. Les boucliers sont arrondis en haut et plat en bas et sont en bois. L’arme la plus impressionnante en Styrie est probablement l’arc stygien, qui a été développé comme une réponse à aux Shemites.

Seules les classes supérieures sont autorisées des armes. Les domestiques et les ouvriers ne sont pas autorisés à s’entraîner ou à porter des armes et des armures, sauf si elles servent les conscrits. Les soldats hors service, à l’exception des officiers, ne sont pas autorisés à porter des armes et des armures.

Catégories
Méridionaux

Shémites

Un royaume du sud entouré à l’ouest par l’Océan Occidental, à l’est par le Désert Oriental, au sud par la Stygie et au nord par Argos, Koth et Khoraja. Le Shem occidental est une plaine fertile ponctuée de cités-états. Le pays devient de plus en plus aride au fur et à mesure que l’ont suit les routes caravanières vers l’est. Il existe une tension militaire permanente entre les cités des plaines et celles du désert. Anciennement, les terres de Shem faisaient partie de l’ancien empire stygien.

Des sauvages nomades des frontières orientales entre Shemet la Stygie appelés les Fils de Shema acquirent au contact des Stygiens un degré de culture supérieur. Des migrations se produisirent alors vers l’ouest et les deux ethnies se mélangèrent dans les prairies côtières.
L’ancien empire Stygien ne devait pas tenir ces terres en grande estime, si ce n’est pour l’élevage ou pour une agriculture sommaire. Si la Stygie n’avait pas prospéré dans la région opposée, elle aurait sans doute mieux défendu ces terres lors des invasions des Kothiens venus du nord.

Les gènes des Hyboriens et des Stygiens combinés à ceux des Shémites ont produit un peuple hybride qui s’est établi dans les cités-états de l’occident Shémites après avoir repoussé l’envahisseur Kothien. Les dieux des Shémites sont Ishtar, Ashtoreth, Derketo, Adonis et Bel. Le peuple est essentiellement pastoral, élevant du bétail dans les plaines et des moutons dans des endroits moins accessibles. Le pays se prête bien à l’agriculture et les vignes comme les arbres fruitiers y donnent un excellent résultat. Il y a aussi des gisements de cuivre et d’or.

L’intelligence et la rigueur des Shémites leur permettent de prospérer dans d’autres secteurs commerciaux comme la production de textiles et de petits produits manufacturés. Ils ont également produit un clan de guerriers redouté, les Asshuri, qui servent comme mercenaires dans presque toutes les armées du monde Hyborien réputés pour leur maitrise des armes et pour leur soif de l’or. Ils furent probablement formés lors des premières invasions des Kothiennes.


• Population: 6.300.000.
• Capitale:
Asgalun(pop.410.000).
• Dirigeant:
Roi Akhirom (reine Pelishtia).
• Villes importantes:
Akhalat, Anakia, Akkaria, Nippr, Eruk, Shumir, Sabatea, Ataku.
• Niveau de technologie:
Age de Bronze.
• Alliés:
Aucun.
• Ennemis:
Koth, Stygie.
• Religion:
Ishtar, Pteor, Bel, Nergal, Set, Ashtoreth.
• Inspirations:
Cités-états Juifs et Arabes, la Syrie et l’Arabie ainsi que la Mésopotamie.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Le pays correspond à la Mésopotamie, la Syrie et l’Arabie. Dans la Bible, Sem ou Shem, fils aîné de Noé, est l’ancêtre des Hébreux, des Arabes et des Assyriens.

Les Fondamentaux

Les tribus nomades suivent presque toujours le code barbare de honneur. Les Shemites nomades sont plus préoccupés par la honte. La honte de sa famille, de son clan, tribu ou nation est la chose la plus redoutable que le Shemite les nomades peuvent imaginer. Le contraire de la honte, c’est l’honneur, donc tous les Shemites doivent suivre le code d’honneur barbare. Notez que le fait d’enfreindre la loi n’est pas nécessairement honteux ou même mauvais. Être pris en flagrant délit d’acte honteux est de loin, pire que d’être pris en train d’enfreindre la loi.

Les trois valeurs fondamentales d’une tribu Shemite : la honte, l’honneur et la vengeance. De nombreux clans tenteront de dissimuler la honte mais si elle est découverte, le clan doit opter pour la vengeance.

Les valeurs des tribus nomades sont investies dans ce code d’honneur ; ceux qui ne le respectent pas peuvent se retrouver dépouillés de leurs a’gals ou, pire, jetés hors de leur tribus, une sentence est une mort presque certaine. Parmi les aspects de l’honneur nomade, on peut citer certaines traditions de clan: l’hospitalité et la vengeance.

Clan : Le clan est le centre de la société nomade des Shemites. Un clan est un ensemble de familles. Chaque famille a sa propre tente. Plusieurs clans créent une tribu. La tribu des Zuagir, par exemple, est composée de plusieurs clans qui se baladent dans le désert. La tribu dans son ensemble se rassemble rarement. Les personnes vivant dans le même clan sont considérées, comme une famille de même sang, et sont généralement automatiquement traitées comme des alliés honorables.

Les clans sont dirigés par des cheikhs. Les cheikhs tranchent les questions de conflit, de honte, d’honneur et de vengeance. Les conseils de clan déterminent la distribution de l’eau et l’utilisation des ressources en eau. Tous les hommes d’un clan sont considérés comme égaux, bien que les anciens bénéficient d’un respect supplémentaire en raison de leur expérience. Un nomade Shemite est censé avoir une loyauté totale pour la tribu et assurer la survie de celle-ci. Les Shemites qui respectent un code d’honneur doivent toujours faire preuve d’une allégeance à leur famille immédiate en premier lieu, puis à leur clan.

L’hospitalité : L’hospitalité des nomades shemites est légendaire. Les étrangers sont souvent accueillis avec courtoisie et respect. Cependant, ceux qui trahissent ou insultent les nomades sont traités avec déshonneur (à noter que demander l’hospitalité est une insulte pour un nomade). Les personnes qui commettent des infractions contre les nomades ne sont pas facilement pardonnées ou oubliées. On attend également des nomades qu’ils soient généreux envers les invités, en renonçant à leur dernier repas si nécessaire. Les nomades Shemite tiennent à une chose par-dessus tout : l’eau. Ils ne gaspillent jamais l’eau et le partage de l’eau est un signe certain d’amitié et de confiance. Une fois qu’un étranger est considéré comme un invité, il est sous la protection de son hôte et est, aux fins du code d’honneur barbare, traité comme un allié honorable.

La vengeance : Ce concept est important pour les nomades. Elle leur permet de se prémunir contre les transgressions. En règle générale, ils ne sont pas aussi discourtois que leurs frères occidentaux civilisés par crainte d’avoir le crâne fendu dans une vendetta. Les querelles de sang sont courantes chez les nomades ; leur honneur en dépend. Lorsqu’une personne insulte ou déshonore une autre, la famille insultée peut à juste titre tuer le coupable. La famille de l’homme tué peut ne pas être d’accord sur la justification du meurtre et se sentir insultée, ainsi elle tuera un membre de l’autre famille qui, à son tour, est insulté.

Tout nomade Shemite qui respecte un code d’honneur est tenu de verser le sang de ceux qui l’insultent. Cette situation dégénère souvent en véritables guerres tribales qui exigent qu’une tierce partie règle le problème en désignant un prix du sang à payer par l’une ou l’autre des parties. La crainte des représailles de la part d’amis et de parents amène les nomades à s’abstenir de toute impolitesse et à éviter de s’engager dans des querelles passionnées.

Le mécénat :
Les nomades ont également un système de tutelle appelé « patronage ». Les règles de la vengeance peuvent souvent aller à l’encontre de la faibles, qui ne sont peut-être pas en mesure de faire valoir leur droit de la vengeance. Les faibles doivent donc recourir à la forte pour la protection. Ainsi, les guerriers plus faibles plaident auprès des cheiks et autres hommes puissants pour le patronage. Si un cheikh ou un autre puissant guerrier accorde le patronage à une personne plus faible que lui-même, le cheikh est tenu par l’honneur de remplir son engagement. Toute atteinte à son homme deviennent des attaques contre le mécène.

Ainsi, les nomades sont polis et honorable envers les faibles, de peur que leurs mécènes ne se vengent.

Vêtements Shemite

La robe standard d’un homme nomade est un khilat blanc, ceinturé, une robe à manches ouvertes, une culotte en lin, coton ou soie et une coiffe fluide qui tombe sur les épaules et est bordée sur les tempes d’un triple cercle de poils de chameau tressés appelé kafieh.
La quantité de broderies sur le khilat ou kafieh indique la position relative et la richesse de la personne qui le porte.

Les manteaux sont faits de poils de chameau. Les shemites portent également des turbans enroulés autour de casques à épines.

Les femmes portent des tchadors, ou des robes de corps complètes qui comprennent des capuches et des voiles.

Armée de Shem

Les mercenaires de Shem sont considérés comme des hommes dépourvus de compassion ou de miséricorde. Ces tueurs à gages de sang-froid sont d’une cruauté inhumaine, luttant avec la férocité et la convoitise des bêtes sauvages.

Ils ne laissent pas derrière eux les ennemis tombés, mais tuent les blessés et les abattus avec une intensité impitoyable. Bien que certains des mercenaires shemitish soient habiles avec des épées et des lances, leurs archers sont les plus demandés.

Extrêmement perspicaces, les Shemites sont craints pour leurs talents meurtriers au tir à l’arc. Ils sont pratiquement nés avec des arcs à la main et sur uncheval. Vêtus de corselets à écailles et de casques cylindriques, les fils de Shem sont toujours prêts pour la guerre.

Les guerriers d’élite des Shemites s’appellent eux-mêmes asshuri et ne se désignent pas comme Shemites. Ils sont membres de n’importe quelle tribu ou région à laquelle ils appartiennent. Ils ne sont pas des asshuri Shemite mais des asshuri de Nippr ou des asshuri d’Eruk. Leurs épées ont des pommeaux en forme de faucon et le matériel dont elles sont faites montre les prouesses du mercenaire.

Un asshuri avec un faucon de fer a tué au moins dix hommes au combat. Le faucon de bronze indique vingt meurtres à la guerre. Un faucon en argent hawk montre cinquante meurtres confirmés. Le faucon d’or est donné aux guerriers courageux qui ont tué plus d’une centaine d’hommes dans diverses guerres et escarmouches.

Les archers Shemite, armés de puissants arcs, sont capables de briser les charges tonitruantes de la cavalerie blindée. Ils peuvent tuer les chevaux avec leurs flèches mortelles ou arracher les cavaliers de leurs montures, sans se soucier de leur armure, car chaque armures a ses points faibles, ce que les Shemites aux yeux perçants parviennent toujours à voir.

Seuls les Bossoniens sont considérés comme de meilleurs archers et seulement les Hyrkaniens sont considérés comme de meilleur cavalier, ces faits sont chaudement contestés par les Shemites.

Les chefs de la Horde apprennent tactiques et stratégies de leur pays voisins. Bien qu’ils parlent rarement ils ont largement recours au embuscade, le renseignement militaire et la guerre mobile est une tactique très différente de celle de « charger et détruire ». ces méthodes traditionnellement employées par les autres hordes. Ces compétences sophistiquées, combinées à la la force brute de leur esprit, en font un adversaire redoutable pour les Stygiens.