Catégories
Religions

Crom

Depuis son siège montagneux, Ben Morgh, Crom observe le monde de manière impartiale, envoyant des tempêtes, des malaises et une tristesse hantant à la fois le paysage et l’âme des hommes. Son attitude sinistre, tout comme son courage, sa férocité et son manque de pitié, se perpétue dans la culture cimmérienne . Crom ne se soucie de personne et de rien.

Il est à la tête d’un panthéon de dieux tout aussi mornes et belliqueux, mais il n’est ni leur champion, ni leur roi, ni leur père. Crom est tout simplement, et à travers son existence, sa volonté l’est aussi.

Les Cimmériens n’ont pas d’explication a sa nature impitoyable et n’en cherchent aucune, Crom est un dieu, après tout, et c’est tout simplement ainsi qu’il est. Crom est Le dieu des cimmérien, qui n’accorde rien d’autre que la force du bras et le feu de l’épée dans le cœur, qui sont ses seuls cadeaux à tous les Cimmériens. .

Lui et son panthéon n’ont pas vraiment d’adorateurs ni de prêtres. Nominalement, chaque Cimmérien est un disciple de Crom mais ils ont appris depuis longtemps qu’il ne s’enorgueillissait que s’ils ne l’appelaient jamais a aide. Les Cimmériens sont censés prendre ce qu’ils veulent de la vie en utilisant les dons de Crom, et ne pas lui demander de l’aide chaque fois qu’ils en ont besoin. Ce serait faible et Crom méprise les faibles, il préférerait les voir morts plutôt que de les aider. Prier Crom est un acte injustifié, ayant comme seule conséquence celle d’attirer sa colère. La prière est un signe de faiblesse et Crom a peu de patience envers le faible. Les Cimmériens préfèrent ne pas attirer son attention et si on murmure son nom, c’est invariablement sous forme d’un serment ou une malédiction. Du fait que chaque Cimmérien soit un disciple de Crom il n’y a aucun clergé établi consacré à lui, il n’inspire aucun rituel et le peuple ne lui offre aucun sacrifice.

Alors que Crom est considéré comme un dieu de la tempête et un dieu de mauvais augure, il est avant tout un dieu de la guerre et le plus fort parmi tous les dieux de la guerre cimmériens. On pense qu’aucun ennemi ne peut résister à la colère de Crom et, lorsque les immortels ont gouverné la terre au lieu des hommes, il n’y avait aucun ennemi qu’il ne pouvait pas vaincre. Sa force, peut-être, a nourri son mépris pour tous les autres, et Crom est un dieu méprisant dédaignant la faiblesse et les émotions qui vont avec. Sa nature dure se reflète dans le monde qui s’étend devant chez lui, Ben Morgh, et ceux qui vivent dans son ombre sont tenus de refléter son comportement.

Crom est vénéré au sein d’une gigantesque caverne dans la face est de la montagne nommée Ben Morgh en Cimmérie où l’on raconte qu’il réside et où le dieu (ou une statue géante de lui) trône, dominant les sépultures cimmériennes que l’on appelle le Champ des Morts.

Les Cimmériens pensent qu’après leur mort, ils seront reçus dans un royaume éthéré bordé de nuages gris et bercé par une brise glacée, c’est dans ces mornes limbes qu’ils erreront tristement pour l’éternité.

« Leur chef est Crom. Il demeure sur une grande montagne. A quoi cela servirait-il de l’invoquer ? Que les hommes vivent ou meurent… il s’en moque. Mieux vaut se taire et ne pas attirer son attention sur soi, car il vous enverra un mauvais sort, et non la fortune ! Il est cruel et sans amour; pourtant, à la naissance il insuffle dans l’âme de chaque homme le pouvoir de se battre et de tuer. Que pourraient demander d’autre les hommes aux dieux ? »

– La Reine de la Côte Noire, Robert E. Howard

Catégories
Religions

Derketo

Derketo

Déesse de la fertilité et de la luxure originellement adorée à Shem, Derketo peut être retrouvée dans les panthéons de beaucoup de royaumes du sud, et en particulier la Stygie, le Zembabwe et Shem.

Derketo est une déité séductrice, une tentatrice, l’essence de la sexualité dépravée. Derketo est une divinité de la fertilité de type Terre-Mère. Ses rites sont orgiastiques, sensuels et sexuels, conçus pour permettre l’épanouissement de la terre. Beaucoup de ses orgies durent des semaines. Les danseuses et prêtresses de Derketo sont également des prostituées du temple, le sexe est le meilleur moyen d’attirer et de retenir les fidèles.

Ses prostituées sacrées sont considérées comme l’incarnation de Derketo elle-même. Elles sont des prédatrices sexuelles qui prennent en elles la vitalité de leurs amants, soit comme sacrifice, soit comme moyen de se satisfaire. Elles s’accouplent avec les autres, en particulier les jeunes hommes, par des ruses ou des illusions trompeuses, par la contrainte ou par leurs propres charmes.

En Stygie, Derketo est une déesse décadente et licencieuse, servant de contrepoids au culte austère et strict de Set, le Grand Serpent.

Pratiquement toutes les villes Stygiennes contiennent un grand temple dédiée à la déesse, où les jeunes filles sont initiées aux mystères érotiques de Derketo.

Les Initiées de Derketo servent en général de courtisanes aux nobles Stygiens et aux hauts-prêtres, alors que les prêtresses pratiquent les arts du plaisir avec certains dévots en échange d’une contribution au culte. Les suivants de la déesse célèbrent les solstices et les équinoxes avec de grandes orgies furieuses noyées dans le vin, invoquant la faculté à donner la vie de Derketo.

Bien que les archi-prêtres de Set méprisent les rituels vulgaires du temple, et que certains voudraient plus que tout au monde voir cette religion chassée hors du royaume, ils savent que les familles de nobles et la classe marchande ne le permettront jamais.

Au Zembabwe elle a conservé son nom Derketo mais est marié au dieu Dagon, certaines cérémonies orgiastique reconstituent l’accouplement renouvelant le monde de Dagon et Derketo.

Le symbole de Derketo est le poisson, représentant ses pouvoirs de fertilité et de vie, Et à Shem elle est fréquemment associée à la rivière de la vie, le Styx.

Derketa

Derketa est la déesse de la mort kushite et la reine des morts. Elle est probablement issue de Derketo du Zembabwei, Stygie et Shem, bien que les attributs des deux déesses soient très différents.

Elle symbolise le cycle naturel de la mort. Il est probable qu’elle soit représentée comme la compagne de du dieu principal de certaines tribus.

Le sacrifice humain fait partie des cérémonies pour Derketa, réalisées avec les pommes empoisonnées de Derketa. Le jus de ces fruits peut tuer, soit par ingestion, soit par application externe. Les prêtres tribaux de Derketa sont réputés pour leur malédictions et l’hypnotisme.

Catégories
Religions

Ymir

Le roi primordial géant de givre

Les Aesirs et Vanirs vénèrent Ymir, le Roi Géant des Glaces. Celui-ci règne sur le Valhalla, le royaume de l’après vie fait de grands halls creusés dans la glace où les morts passent l’éternité à boire, se battre et s’accoupler.

Ymir règne sur le Valhalla glacé, où les morts habitent dans un royaume de longues salles, de glaciers enneigés et de beuveries, de nausées et de combats éternels. Les Nordheimirs croient en une vie après la mort et celle-ci reflète souvent la façon dont on a vécu et vécu son destin. Pour les gens du peuple, la vie après la mort est triste et morne, une vie passée à rassembler et à servir les guerriers. Pour les guerriers vaillants, cependant, l’au-delà est rempli de combats et de festin dans les plaines enneigées et les couloirs de Valhalla.

Ymir représente la terre pour les deux peuples du Nordheim, les Aesirs et les Vanirs, dont la culture est a priori similaire. Les deux peuples ne se font pas la guerre pour des questions d’idéologie mais parce qu’il en a été ainsi depuis des siècles. La bataille pour le Nordheim n’est pas seulement la base de son économie et de sa vie sociale, c’est aussi la base de sa vie religieuse, car Ymir est vénéré en se battant toute la journée, puis en mangeant, en buvant et en chantant toute la nuit. Le combat fait intimement partie de leur vie sociale et de leur économie, même de leur religion puisque l’on ne vénère pas mieux Ymir qu’en se battant le jour avant de chanter et boire le soir. Boire est d’ailleurs considéré comme une activité tout aussi religieuse que le combat puisque l’on dit qu’il n’est pas possible d’entrer en contact avec Ymir sans avoir consommé une quantité d’alcool suffisante pour perdre conscience. En effet, même ces activités ont un mérite religieux, car la bière est la boisson d’Ymir et, en tant que telle, elle est sacrée et consommée en grande quantité. Il est dit parmi les Nordheimir qu’il est possible d’entrer en contact direct avec Ymir si on boit a en être inconscient. Ainsi, l’ébriété est une obligation religieuse et une activité sociale. La vie doit être vécue avec un enthousiasme sauvage et la mort doit être vécue de la même manière.

Ymir et le panthéon de Nordheimer

Ymir est le roi primordial du géant du givre et le dieu des Ases et des Vanir. Pour les Nordheimers, il représente la Terre elle-même, qu’ils perçoivent comme formée entièrement de glace et de neige. On l’adore non pas dans des rituels élaborés mais en se battant toute la journée, puis en buvant et en chantant toute la nuit. Ymir apparaît principalement dans le mythe de la création des Nordheimers, qui ont assez peu besoin des dieux, sauf comme source de leurs grands contes et de leurs chansons sauvages.

On dit qu’il a été le premier être vivant, créé à partir de glace décongelée juste avant la deuxième créature, la vache primordiale Audhumla. Son seul aliment provenait de la traite Audhumla. Le corps d’Ymir a produit les premiers humains, un homme et une femme congelés par la sueur de son aisselle gauche. De là sont nées les races de Vanir et d’Aesir.

Ymir a une fille, Atali, celle ci va chercher les guerriers morts au combat pour les emmener au Valhalla, et attire ceux qui sont blessés dans un piège pour offrir leurs cœurs en festin a Ymir. Il a également des fils, ceux-ci sont de gigantesques guerriers de givres.

Chamanes Nordheimer, Godi et Godar

Les chamanes Nordheimer, connus sous le nom de Godi à Vanaheim et de Godar à Asgard, ont tendance à être plus politiques que religieux, assumant un rôle de chef et s’assurant que les cérémonies appropriées sont organisées pour un événement donné. La religion a tendance à être un événement personnel chez les Nordheimers, mais même ceux-ci ont leurs oracles, à l’instar des Cimmériens. Le culte est conduit à l’extérieur dans des endroits tels que sous les arbres gardiens, près de puits sacrés ou dans des arrangements sacrés de pierres. Parmi les Nordheimers, qui sont chacun farouchement indépendants, la religion est considérée comme une affaire personnelle. Ils n’ont pas le temps ni l’intérêt de demander aux prêtres d’interpréter Ymir pour eux. Chaque homme est son propre intermédiaire à Ymir. Les Aesir ne gardent pas de temples à Ymir, mais ils reconnaissent de nombreux sites de plein air sacrés, tels que des montagnes, des îles, des champs, des rochers et des bosquets. Trois fois par an, les Nordheimers organisent des cérémonies pour apaiser Ymir, demandant victoire à la guerre et au raid, sacrifiant animaux et humains, se régalant de plats fumants chauffés par les flammes, buvant leur bière dans des quantités fantastiques et chantant des chansons lcélébrant leurs guerres et leurs héros. Ces cérémonies, qui se déroulent au printemps, au milieu de l’été et à l’automne, durent plusieurs jours et constituent une affaire bruyante et brutale car telle est leur vie. Les chamanes d’Ymir sont des guerriers avant tout, de nombreux guerriers se sont retirés pour devenir chamane après des années de batailles et de tueries.

Völvas

Une völva est une sorcière de Nordheimir qui pratique le Seid, la version du chamanisme des Nordheimers. Le Seid est un don d’Atali, considéré comme déshonorant pour les hommes dans la tradition Nordheimir, ce qui fait qu les Völva sont presque toujours des femmes. Cependant, quelques hommes, surtout après une expérience de mort imminente, empruntent ce chemin. Le Seid est considéré comme déshonorant pour les hommes parce que c’est une pratique manipulatrice, qui va à l’encontre du code de comportement des hommes du Nordheim. Les vieilles femmes völvas sont considérées comme des représentantes des esprits de la mort. Les principales formes de magie pratiquées par les völvas sont la divination, l’hypnotisme, la magie de la nature et les malédictions. Les völvas vraiment vieilles et puissantes pratiquent la nécromancie. Les völvas portent des manteaux noirs et des capuchons en laine noire garnis de fourrure de puma blanc. Certains sont nus dessous, d’autres portent des vêtements standard pour les femmes Nordheimer. Quelques-unes portent des épées. Elles portent des bâtons symboliques du pouvoir (appelés Batonseid), qui les aident dans leur magie. On dit que la völva devient éthérée et prend l’apparence d’un animal alors qu’elle voyage à travers les royaumes de la réalité. Elle réalise la transe par divers moyens, en fonction de la personne qui l’a entraînée. Lotus, privation de sommeil, privation sensorielle et chants sont des méthodes utilisées par diverses völva.

Catégories
Religions

Yog

Yog, le Seigneur des Demeures Vides.

Le culte de Yog date de l’invasion Khari. Les érudits Hyboriens supposent que Yog est un démon de la nuit des Anciens, tout comme ceux qui étaient adorés par l’antique Atlantide.

La doctrine de Yog est simple, les adeptes ne doivent manger qu’une nourriture carnée et jamais, au grand jamais, de produits végétaux.. Ils doivent consommer de la chair humaine au moins une fois par mois et ceux qui ne s’y conforment pas sont considérés comme rituellement impurs jusqu’à ce qu’ils lavent leurs pêchés en se livrant à nouveau à cet acte..

Au Darfar les corps destinés aux rituels cannibales proviennent d’expéditions punitives. A l’extérieur de ce pays, les Yoggites se regroupent et se satisfont de ce qu’ils peuvent trouver.

Bien que la plupart des résidents des villes craignent les cérémonies Yoggites, ils permettent à ces derniers de pratiquer leur religion pour gagner leur docilité et calmer leur violence.

Pour qu’un rituel de sacrifice à Yog soit réussi, il faut que les victimes soient inconscientes et jetés dans des fournaises. Si les victimes sont déjà mortes avant d’être jetées dans la fournaise, on considère que c’est un sacrifice inférieur, tout comme ceux qui ont été blessés par lame, donc les Yoggites n’utilisent pas de couteaux ou d’épées. À chaque pleine lune, les fidèles de Yog creusent une fosse, dans laquelle leurs prêtres versent certaines huiles et y mettent le feu avec une torche. Les Darfaris voient en ces flammes brillantes le reflet de la lune. Leur croyance est telle que, une fois par mois, ils s’astreignent à « manger la lune ». Baigné dans le rougeoiement de la fournaise, tout captif, à leurs yeux, devient l’essence terrestre de la lune. Un adulte peut alimenter bien trente ou quarante Yoggites car il ne s’agit que d’une consommation symbolique pour respecter les exigences de Yog, autrement dit les Yoggites ne consomment pas de viande humaine pour se nourrir mais uniquement pour les rituels.

En échange de ces sacrifices Yog promet la force durant les batailles et la victoire sur les adversaires de ses adeptes. On dit que la chair des étrangers rend les Yoggites immunisés aux armes.

Yog est vénéré par les Darfaris cannibales de la jungle du Darfar, et également à Zamboula, une cité situé dans le desert de Kharamun conquise récemment par les Turaniens, ou les esclaves Darfari pratiquent le culte. Il est a noté qu’en Stygie, Yog est perçu comme un démon subordonné à Set, et se voit assigner la tâche de brûler les ennemis du dieu-serpent dans l’au-delà.

Les Yoggites sont suffisamment fanatiques pour pratiquer leur religion partout où ils vont.

Catégories
Religions

Set

Set, l’ancien Dieu-serpent, maître des ténèbres et des bêtes qui chassent la nuit, Seigneur du désert rouge, et dirigeant des citées englouties et des étendues noires entre les étoiles.

Parfois connu sous le nom de Yig, il dirige des hordes de serpents, et détruit les villes et les esprits des Hommes avec de violents vents hurlants. Pendant plus d’un million d’années, Set fut vénéré par un peuple reptilien, dont l’empire s’étendait dans les jungles du continent Thurian pendant plus d’un million d’années, avant l’avènement des hommes.

C’était un monde de dinosaures, d’anciens démons et de sorcellerie dépassant l’entendement. Des humains primitifs, rien de plus que des singes, étaient gardés comme esclaves. C’est uniquement sur de lointains continents que ces hommes restèrent libres, apprenant lentement l’usage d’outils primitifs, des premières lances et réalisant la transition de bête en homme.

Le règne de Set et des Reptiliens fut renversé par ces premiers humains, mais le culte parvint à survivre dans les jungles. Les Reptiliens revinrent pour diriger les hommes à nouveau, sous le commandement du sorcier mort-vivant Thulsa-Doom, mais furent vaincus par le roi Kull de Valusia. Ils furent de nouveau bannis dans les jungles du sud. Puis, le cataclysme détruisit Valusia, et les 7 royaumes de Thuria.

5 000 ans plus tard, quand l’empire sombre d’Acheron et l’ancienne Stygie dominaient le monde, les autels de Set furent de nouveau couverts de sang des sacrifices.

De nos jours, le culte de Set contrôle la Stygie, et a de nombreux avant-postes secrets dans le monde. Les préceptes de Set sont difficiles et cachés dans de nombreuses couches de mysticisme. Fréquemment le temple proclame que Set est le plus puissant des dieux, avocat des forts, dévorant les faibles, un puissant allié et un terrible ennemi et que le destin de l’humanité est de servir.

Le plus grand adversaire de Set est Mitra, le dieu des Hyboriens. D’après les prêtres, Mitra est peut-être aussi puissant que Set, mais manque de résolution pour utiliser son pouvoir pour diriger. Mitra est à jamais voué à l’échec, car peu importe, combien de fois il parvient à le vaincre, Set, lui, n’a besoin que d’une seule victoire.

Catégories
Religions

Mitra

Mitra, le Seigneur de la Lumière, est un dieu bienveillant. Il est prié dans la plupart des royaumes hyboriens : Aquilonie, Argos, Corinthie, Némédie, Zingara et Ophir. On trouve aussi quelques temples isolés dans d’autres contrées. Mitra est partout, veillant sur ses fidèles. Il est intemporel et n’a pas de forme définie. Les fidèles le représentent pourtant sous les traits d’un patriarche au regard bon, à la longue barbe de sage.

Son symbole est une hache lumineuse, signe de son pouvoir et de sa force. Mitra ne demande aucun sacrifice, à la différence de nombreuses autres divinités. Les prêtres de Mitra s’abstiennent de boire de l’alcool et de consommer des drogues. Ils font également vœu de célibat.

Mitra est l’ennemi ancestral du dieu serpent Set. Nombreuses sont les légendes faisant référence à d’impitoyables combats entre Mitra et le dieu serpent des Stygiens.

Le cas de Mitra est un peu particulier, car ses prêtres prétendent qu’il est le seul véritable dieu. Ils considèrent donc toute autre forme d’adoration religieuse comme du paganisme et le répriment au moins par les mots.

« Mitra aime voir les gens debout devant lui… et non pas à plat ventre comme des vers de terre ou versant le sang d’animaux sur des autels. »

– Le Colosse Noir, Robert E. Howard


« Ceci n’est que l’emblème du dieu. Personne n’a jamais prétendu savoir à quoi ressemblait Mitra. Ceci le représente seulement sous une forme humaine idéalisée, aussi proche de la perfection que l’esprit humain puisse la concevoir. Il n’habite pas cette pierre froide, comme l’affirment vos prêtres à propos d’Ishtar. Il est partout… au-dessus de nous et autour de nous, et il rêve parfois en de hauts lieux parmi les étoiles. Mais son être se concentre ici. C’est pourquoi tu peux l’invoquer à présent. »

– Le Colosse Noir, Robert E. Howard

Tabous :

L’homme a une aversion particulière pour les choses qui lui causent un préjudice et la religion pousse cette aversion à un autre niveau en rendanta interdites ou taboues les activités qui causent un préjudice spirituel.

  • Honneur: Les fidèles de Mitra sont tenus de respecter le code d’honneur civilisé.
  • Du sang: Les sacrifices à Mitra sont exempts de sang. Le sang représente la vie physique. Par conséquent, le sang a peu de signification pour Mitra. Le sang contient de la magie qui peut être utilisée pour le mal. Le sang est également associé à la douleur, à la souffrance et à la mort, des aspects de la vie que le véritable fidèle de Mitra tente de faire disparaître.
  • Femmes: Les femmes ne sont pas autorisées à avancer au-delà du premier rang de prêtrise de Mitra. Les femmes sont également la cause de la convoitise et de la passion chez les hommes. Le contact avec les femmes doit donc être limité au minimum nécessaire pour la reproduction.
  • Cadavres: Un homme fidèle ne marchera pas sur un cadavre, ne blessera pas un cadavre ou ne mettra pas autrement en colère un cadavre de peur de la maladie ou d’une mauvaise magie.
  • Animaux: En rapport avec le tabou des cadavres, les Mitrans ne sont pas autorisés à manger la chair des animaux morts de causes naturelles.
  • Sexe: La chasteté est obligatoire pendant au moins trois jours avant de participer à des rituels religieux importants. Quiconque a eu des rapports sexuels la nuit précédente ne peut pas s’approcher d’un autel Mitran ni entrer dans un Mitraeum (temple de Mitra). Quiconque cuisine ou prépare des plats doit être chaste. Les apiculteurs doivent également être chastes avant de manipuler leurs ruches.
  • Des esclaves: Les esclaves ne peuvent pénétrer dans une zone de culte que s’ils ont été giflés au visage par un fidèle, ce qui transfère une partie de leur liberté à l’esclave. Les esclaves ont cependant un droit de refuge dans un Mitraeum.
  • Mensonge: Il est interdit de mentir. Le mensonge est une invention d’Asura et de Set et ne devrait pas être utilisé par les fidèles de Mitra.