Catégories
Septentrionaux

Cimmériens

Une nation de tribus barbares située au nord de l’Aquilonie et séparée de ce pays par la bande de terre étroite des Marches Bossoniennes et du
Gunderland. La Désolation Picte s’étend à l’est de la Cimmérie. Les hauts Monts Eiglophiens séparent le pays du Vanaheim et de l’Asgard au nord.

La Cimmérie, patrie de Conan, est un pays sombre fait de collines lourdement boisées, au ciel bas et gris et aux vents hurlant dans les vallées encaissées. Son peuple descend en droite ligne des Atlantes. Les Cimmériens sont grands et puissants, de cheveux sombres et d’yeux bleus ou gris. Les tribus cimmériennes étaient contemporaines à Atlantis, et se sont mélangées aux colons atlantes sur le continent de Thurian avant le Cataclysme.

Les Cimmériens de l’époque de Conan sont restés des chasseurs et des cueilleurs, vivant dans des villages enfoncés dans des forêts humides. Ce peuple utilise des armes de fer et a emprunté d’autres éléments de cultures plus civilisées du sud.

Le dieu majeur des Cimmériens est Crom, qui retire peu d’intérêt des affaires des hommes. Conan n’est pas représentatif de son peuple dans
le sens où les Cimmériens sortent très peu de chez eux. Les Hyrkaniens se sont introduits par la force dans tous les pays hyboriens, mais ont toujours échoué à prendre position dans les collines cimmériennes.

Population: 800.000.
Capitale:
aucune.
Dirigeants:
de nombreux chefs et de petits rois (dans les clans des Faucons des Neiges, des Ours Gris, des Loups Noirs, des Hiboux Noirs et des Léopards des Neiges).
Villes importantes:
aucune (seuls de petits villages).
Ressources:
bétail, fourrures, bois, fer et armes.
Importations:
obtenues par des raids contre l’Asgard, le Vanaheim et l’Hyperborée et principalement du bétail et des femmes.
Alliés:
aucun.
Ennemis:
Asgard, Hyperborée, Vanaheim et les Pictes.
Religion:
Crom.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Cette terre (du moins ses montagnes dans l’essai de Howard) englobe – avec une connotation clairement celtique – l’Irlande, l’Écosse et la Bretagne insulaire et se morcellera justement en trois parties qui y correspondent après le cataclysme marquant la fin de l’Âge Hyborien ; Howard a écrit par ailleurs que les Cimmériens vivaient dans un pays nuageux au relief tourmenté et étaient les ancêtres directs des Gaëls.

Les Cimmériens (historiques) sont également un peuple semi-nomade de l’Antiquité apparenté aux peuples iraniens, scythes et thraces, ayant habité dans le Bosphore cimmérien et la Tauride, comprenant l’actuelle Crimée, ceci étant attesté dès la deuxième moitié du IIe millénaire avant notre ère.

Une culture guerrière


Chasseurs et cueilleurs avant tout, les Cimmériens sont aussi des pilleurs et des ravisseurs, qui s’attaquent au sud aux nations hyboriques, à l’ouest aux terres des Pictes, à l’est au royaume frontalier et même au nord aux royaumes glacés de l’Æsir et du Vanir.

Les Cimmériens se livrent également à des raids entre eux, combattant pour des querelles de sang et volant du bétail ou les épouses. La bataille pour les Cimmériens est un mode de vie et une marque de virilité.

Les Cimmériens poussent un cri de guerre étrange et vibrant lorsqu’une bataille est engagée, un son sinistre qui fait peur au cœur tendre des leurs ennemis.

Les Cimmériens ne pratiquent pas un maniement raffiné de l’épée comme le font les maîtres de l’épée de Zingara ou les arts martiaux du lointain Khitai; mais leur expérience méritée au prix du sang sur de nombreux champs de bataille en font des combattant féroce avec une volonté indomptable.

Même les enfants ne font pas semblant de se battre. Se battre est une affaire sérieuse pour les Cimmériens. On ne fait pas d’un ennemi un Cimmérien à moins d’être prêt à se battre pour sa vie.

Cette attitude rend les Cimmériens polis les uns envers les autres, bien qu’ils ne perdent rien de leur franchise à la courtoisie. Les hommes civilisés sont plus discourtois que les sauvages car ils savent qu’ils peuvent être impolis sans avoir le crâne fendu, en général.

L’impolitesse est une invitation à un rapide combat à mort parmi les Cimmériens. De bien sûr, peu de Cimmériens craignent la mort.


Bien que les Cimmériens soient heureux de piller ceux qu’ils tuent durant une bataille, ce ne sont pas de petits voleurs. Il n’y pratiquement aucun vol sans violence, en particulier au sein des clans. Un tel vol serait considéré comme lâche et malhonnête.

Si un Cimmérien ne peut pas gagner ce qu’il veut en se battant alors il s’en passera simplement. Les Cimmériens ne respectent pas la faiblesse ou la douceur d’une vie civilisée; et ce qu’ils ne respectent pas, ils pourraient tout aussi bien le tuer que l’ignorer.
Même les femmes cimmériennes affichent cette une force sauvage, se battant aux côtés des hommes au combat.

Vêtements cimmériens


Les Cimmériens confectionnent leurs vêtements en lin ou en laine.

Les hommes cimmériens portent des léines avec des pantalons ou des trews. Une léine est une chemise en lin de couleur safran qui pend jusqu’au dessous du genou chez les hommes et à la cheville chez les femmes. Si elle est portée avec un pantalon, la léine pend à mi-cuisse. Les trews sont des pantalons en laine porté serré sur les jambes avec des boutons dans le dos, les chevilles s’arrête à mi-mollet.

Les femmes portent des pantalons et tuniques pour le haut du corps ou en pièce unique, une robe à manches longues. Elles portent également des peplums, qui sont des robes cylindrique sans manches.

Les Cimmériens portent généralement des ceintures autour la taille. Les objets personnels sont transportés dans une pochette selon de la ceinture. On porte des chaussures ou des bottes ainsi qu’un manteau.
Les Cimmériens portent également des inars en laine, se sont des vestes avec une sorte de jupe plissée.

Les cheveux sont portés longs par les deux sexes. Les Cimmériens portent également un manteau rectangulaire en laine bordés d’une frange. Plus le manteau est long, plus le cimmérien est considéré comme riche.

Armement

La forge est un métier qui se pratique avec beaucoup de dévouement en Cimmérie. L’épée est de loin l’arme préférée des Cimmériens. Ils fabriquent leurs propres épées à deux mains ou s’approprient les armes des autres cultures. La lance est utilisée par ceux qui ne peuvent pas se fournir.

Les Cimmériens ne sont pas favorables à l’utilisation d’un Arc ; quand les cimmériens se battent, c’est face à face en tant que guerriers, et non pas à distance en toute sécurité. Cependant, ils utilisent des arcs pour la chasse.

Les armes sont appréciées et souvent décorées de beaux motifs, tels que des animaux ou des gravures.
Les cimmériens ne restent jamais désarmés après leurs enfances durant laquelle ils apprennent généralement le maniement des lances, des poignards et des épées lourdes.

Certains Cimmériens forment des bandes de frères pour perfectionner leur techniques de combat. Il s’agit d’une forme primitive de société secrète.
Ces bandes de frères ne remplacent pas le clan ou la parenté ; généralement une bande de frères cimmériens forme la deuxième de ses trois allégeances.

La plupart des Cimmériens ne portent pas d’armure, mais certains clans utilisent boucliers ronds au combat.
Le blindage est souvent considéré pour les lâches, toutefois certains Cimmériens sont connus pour ignorer cette attitude.

Clans Cimmeriens

Les Cimmériens ne construisent pas de villes et beaucoup de clans
sont semi-nomades, suivent les troupeaux et se déplacent
selon la saison. Les villages sont primitifs, généralement
avec un pavillon commun. Souvent, le chef du village
et sa famille disposent de quelques chambres à une extrémité de la
pavillon commun du village.

La tribu ou le clan est l’aspect le plus important de la vie dans la Cimmérie.

Sauf pour les exclus ou ceux qui quittent la Cimmérie, la plupart des Cimmériens doivent allégeance à leur clan, en prenant leur clan comme plus haute allégeance.

L’appartenance à un clan donne au cimmérien un ensemble traditionnel d’ennemis et d’alliés. Par exemple, Conan, en tant que membre du clan Snowhawk (ou Canach), traite les Pictes comme des ennemis raciaux.

Un clan cimmérien de l’autre côté de la Cimmérie peut n’avoir jamais vu de Pictes, de sorte que ce clan peut avoir, par exemple, des Hyperboréens comme ennemis raciaux.

De même, le clan de Conan considère le clan Murrogh comme un ennemi, et vice versa.

Toute dispute entre deux Cimmériens implique automatiquement la parenté. Les membres de la famille veillent donc souvent à ce que leurs proches ne fassent rien de controversé ou d’injustifié.

Peu de Cimmériens se déplacent en dehors des zones contrôlées par leur clan, sauf en groupe pour faire des raids ou des échanges car, une fois hors de leur territoires, aucune loi ne les protège.

Autrement dit, aucun parent, aucune protection. Les membres de la famille sont censés se soutenir les uns les autres contre toute menace, physique ou juridique.

Les Cimmériens accordent une grande importance au conformisme ; les non-conformistes sont une menace pour tous les membres du clan.

Quiconque trahit son clan est détesté et chassé. Un clan cimmérien ne réadmettra jamais un cimmérien traître. Un Cimmérien chassé de son clan est considéré comme un être sans défense et est souvent appelé « sans tête », car ce Cimmérien est comme mort.

Seul un homme d’exception de Cimmeriae ayant la force et les prouesses exeptionnel peut survivre en Cimmérie sans parents – seulement un homme tel que Conan.
Ceux qui réussissent sont considérés avec crainte et admiration par la plupart des Cimmériens.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *