Catégories
Hyboriens

Némédiens

sont les Némédiens (Némédiennes). Le qualificatif est némédien. Pilier central de la culture et de la civilisation hyborienne, la Némédie défie quotidiennement son ennemi héréditaire, l’Aquilonie. Les orgueilleux chevaliers némédiens sont à juste titre fiers de leurs armées, aussi diversifiées que mortelles. Deuxième royaume le plus important des royaumes hyboriens, elle se tient à l’est de 38 l’Aquilonie, au sud du Royaume Frontière, à l’ouest de la Brythunie et au nord de Corinthe et d’Ophir. Les Monts Frontières font office de mur entre l’Aquilonie et la Némédie. La plupart des passes vers l’Aquilonie s’ouvrent au nord-ouest. Deux passages existent au sud. L’un est un trou bien défendu par où passe la Route des Rois, l’autre est une gorge difficile, la Passe d’Oteron. A l’extrémité sud de cette ouverture se tient le Trou de Tybor, une large vallée qui relie les royaumes d’Aquilonie, de Némédie et d’Ophir. La chaîne impénétrable des Karpash s’allonge sur la frontière sud de l’Ophir.

La capitale, Belverus, se trouve dans la partie occidentale du royaume, sur la principale voie d’accès vers l’Aquilonie. Cette grande avenue, la Route des Rois, continue à l’est vers les provinces orientales de la frontière némédienne, puis se jette en Corinthe et traverse plus loin Zamora et le Désert Oriental. A l’est et à l’ouest de Belverus croissent de riches prairies fertiles et des vergers. Les baronnies du nord-ouest protègent la zone frontalière entre le Royaume Frontière et la Némédie jusqu’au Grand Marais Salé. La Rivière Jaune, coulant vers le nord, marque la frontière orientale lourdement boisée entre la Némédie et la rythunie, se vidant dans le Marais Salé. Deux autres rivières, la Rhyl et l’Urlaub, naissent en Némédie et l’irriguent, car sans elles, le pays n’aurait été qu’un vaste désert. La plupart des rivières némédiennes sont accompagnées de bassins de drainage qui se déversent dans le Marais Salé.

La Némédie fit anciennement partie de l’Achéron. Les habitants des collines némédiennes se revendiquent de ce sang. Les envahisseurs hyboriens détruisirent Achéron et il semble juste de dire que la Némédie devint le premier des royaumes hyboriens. L’être-éléphant de Yag la nomme en premier dans les nations hyboriennes. La Némédie mène des guerres intermittentes contre l’Aquilonie depuis des siècles, mais ses voisins occidentaux n’ont presque jamais tenté l’invasion. Son emblème est un dragon écarlate. La Némédie a une longue tradition d’érudition, peut être un héritage d’Achéron. Les Chroniques Némédiennes sont l’une des sources historiques principales de l’Age Hyborien.

Population : 4.400.000.
Capitale :
Belverus.
Dirigeant :
Roi Nimed.
Villes importantes :
Numalia, Hanumar.
Ressources :
Joaillerie, armures, armes, grain.
Importations :
épices, gemmes, fer.
Alliés :
Koth, Ophir.
Ennemis :
Aquilonie.
Religion :
Mitra, Ibis.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Rivale de l’Aquilonie, la Némédie est un équivalent du Saint-Empire romain germanique. Son nom rappelle celui de Nemed, qui conduisit des colons scythes en Irlande selon la mythologie irlandaise.

Justice cruelle


La Némédie dispose d’un système judiciaire civilisé qui est extrêmement complexe pour être juste. Les tribunaux des villes sont appelés « Les cours de justice », où siègent les juges nommés par l’arrêt
noblesse.

Une cour supérieure existe à Belverus avec des juges
nommés par le roi. Cette cour supérieure entend les affaires plus importantes de la juridiction nationale.

Les cours de justice maintiennent le « Conseil d’inquisition » pour enquêter sur les crimes et exercer les arrestations.

La police, à leur tour, servent les Conseils d’inquisition et sont théoriquement tout-puissants dans leurs fonctions.
Peu de némédiens oseraient résister à un membre de la police. Ils sont bien connus pour battre et torturer des roturiers pour obtenir des aveux si nécessaire. Ils sont capable d’arraché l’œil d’une fille au tribunal parce qu’elle n’incriminerait pas son amant.

Les tribunaux sont sévères, bien qu’ils essaient de rendre des sanctions adaptées aux crimes et que les inculpations soient aussi équitables
que possible. De plus, les tribunaux tenteront d’exonérer les
innocents si le coupable peut être trouvé.

Malheureusement, si le coupable ne peut être trouvé, parfois l’innocent doit souffrir pour qu’il y est au moins l’illusion de justice soit faite.

Ceux qui ne peuvent pas payer leurs dettes peuvent se retrouver vendus comme esclave, ainsi que leurs familles si la dette est suffisamment élevée, pour obtenir les revenus nécessaires au paiement des créanciers.
Les Esclaves de dette sont marqués sur l’épaule, ce qui les empêche d’entrer à nouveau dans la société libre.

La loi est explicite à d’autres égards également. Le meurtre d’un roturier envoie le tueur aux mines; causer intentionnellement la mort d’un commerçant envoie l’assassin à la potence et le meurtre d’un riche à brûler sur le bûcher.

La tentative de vol mérite dix ans de travaux forcés dans les mines. Les Némédiens sont suffisamment civilisés pour se soumettre à la police et les tribunaux et leur cruauté sont acceptés comme nécessaires.

Habits Némédiens

Les roturiers némédiens portent des chemises grossières jusqu’aux genoux, avec une corde autour de la taille.

Les marchands portent des toges et des robes.

Les serviteurs portent des vêtements en laine : de longues tuniques à ceinture pour les hommes, des chemisiers brodés et des jupes en laine pour les filles.

La noblesse porte généralement des bottes de cavalerie, des kilts en fourrure ou en cuir et des chemises en soie plissée. Les prêtres portent des robes en soie.

Les Némédiens sont fiers de leur culture et ne s’habillent jamais en dehors de leur poste.

Armée Némédienne

La Nemedie entretient une puissante armée composée de ses nobles chevaliers et sa cavalerie lourde. L’infanterie est considérée comme de la chaire à canon pour les archers ; ce n’est pas un domaine honorable du service militaire.

La plupart des fantassins sont des roturiers à qui l’on donne un minimum
formation. Ils sont facilement démoralisés au combat.

L’armée némédienne privilégie une formation standard :

– Le centre, qui est composé de nombreux chevaliers en armure, est la section la plus forte.
– Les ailes sont composée d’unités de cavalerie de moindre importance, qui sont soutenus par l’infanterie, les conscrits et les arbalétriers. Les ailes se déplacent en phalange.

Les arbalétriers lancent leurs carreaux meurtriers et l’infanterie entraînée se déplace rapidement par la suite. Jusqu’à ce que la cavalerie lourde entre en action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *