Catégories
Lémuriens

Vendhyens

Un royaume ancien et prospère de l’est, bénéficiant d’un climat tropical. Au Nord se dressent les massifs Monts Himéliens et leur partie peuplée appelée le Ghulistan. A l’Ouest se trouve Kosala. A l’Est se trouvent les mystérieux pays de Uttara Kuru et de Kambuja. Au Nord-Est, au-delà des montagnes et des jungles, s’étend le Khitai. La Vendhya possède de vastes étendues forestières où peu d’hommes se risquent et dont peu reviennent. C’est un pays autonome de grande richesse. Son agriculture est très développée, tout comme ses manufactures de textile, ses mines de pierres précieuses, ses cultures d’épices.

Les jungles de Vendhya regorgent d’une vie fascinante. Eléphants, tigres, panthères, singes, et gorilles peuvent y être trouvés. Des oiseaux colorés et rares peuplent les cimes des arbres. Yaks et bouquetins vivent dans les régions montagneuses au nord et certains ont été domestiqués par les habitants des contreforts.

• Population: 14.000.000.
• Capitale:
Ayodhya(pop.2.700.000).
• Villes importantes:
Khorala, Jhelai, Bakharus, Peshkhauri.
• Niveau de technologie:
Extrême-Orient pendant l’Antiquité.
• Alliés:
Kosala, Iranistan.
• Ennemis:
Turan, Ghulistan.
• Religion:
Asura, Kali, Hanuman.
• Inspirations:
L’Independant l’Antiquité.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Les monts Vindhya sont une chaîne montagneuse du centre de l’Inde et donnent ici leur nom à une région qui correspond à l’Inde.

Une culture mystérieuse

La vie à Vendhya est bonne, surtout si l’on appartient à la caste Kshatriya. C’est une mystérieuse culture à la fois philosophique et religieuse. Mais ses mystères sont toujours orientés vers la vie.

L’œuvre d’art de Vendhyan illustre cet amour de la vie et une grande partie de leurs œuvres d’art et la littérature est de nature érotique.
La forme d’art la plus élevée est la danse. La danse en Vendée est souvent une expérience spirituelle, qui raconte des histoires de dieux, de grands héros ou même de des leçons.


Comme pour tout son art, la danse de Vendhya est frappante et distinctif, en particulier les codes beaux et compliqués de gesticulation des mains incluse dans les différentes danses. Pour les Vendhyans, la main seule peut dépeindre les émotions de tous trier, ainsi que représenter les dieux, les humains, la nature, l’action et des animaux. Chaque pose, chaque mouvement du corps ou la main crée un effet ou une atmosphère qui frôle sur la magie, qui touche autant l’homme que la nature.

La combinaison de l’homme et de la la nature n’a pas seulement un impact sur la danse mais tout l’art de Vendhya.

Peintures et sculptures représentent les dieux et déesses sacrés aux bras multiples, ainsi que des mortels aux poses héroïques. L’art est encore embelli par des tableaux éblouissants de spirales et de lignes courbes, y compris les vignes, les vrilles, des arcs et des dômes, chacun détaillé avec une minutieuse parfaite.

L’art magnifique de Vendhya semble très exotique aux yeux des Hyboriens. Au-delà de l’art impressionnant, beaucoup de choses sur la culture de Vendhya est différent de la culture Hyborienne. Par exemple, Vendhya n’a pas d’auberges. Au lieu de cela, les Vendhyens préparent des chambres d’hôtes pour voyageurs, comme les pèlerins.

Les tavernes existent et sont une bonne source d’information. Cependant, les étrangers ne sont pas dignes de confiance en Vendhya et sont simplement traités comme des espions potentiels.
Les contrôles en Vendhya seront beaucoup plus élevés pour les étrangers que pour un natif.
L’espionnage est un art ancien, mais le prix à payer si il est prit peut être la vie d’une personne ou même l’esclavage.

Les esclaves peuvent être de n’importe quelle caste et il est souvant utilisé comme une punition ou une humiliation.



Vétements Vendhyens

Les activités quotidiennes sont interdites et limitées par
de nombreuses règles religieuses et laïques. Même l’habillement est
Ces règles ont une incidence sur le choix de la tenue vestimentaire, même si autorisé.

Le vêtement de base en Vendhya est appelé dhoti, qui est une longueur non cousue de tissu filamenteux enveloppé autour de la partie inférieure du corps, semblable à une jupe.

Les femmes peuvent porter un choli, c’est-à-dire un chemisier ample,
s’ils le veulent. Les femmes des régions chaudes ont tendance à porter des moins que les femmes sur les pentes montagneuses.

Tribal les femmes portent parfois des saris, une longueur de tissu enroulé autour de tout le corps, avec le bout libre jeté par-dessus
l’épaule.

Les femmes urbaines vendéennes portent rarement des saris.
Les vêtements ont tendance à être gazeux et joliment colorés, pour
les Vendhyens ont une profonde appréciation de l’or, de l’argent
et les ornements de bijoux.

Certaines femmes portent des turbans, bien que cela soit peu fréquent. Les femmes se maquillent et les bijoux, y compris les brassards, bagues, ceintures, jambes et bracelets de cheville, boucles d’oreilles, anneaux de nez, anneaux d’orteils, couronnes, diadèmes et d’autres coiffes.

Certaines danseuses ne portent que le voile, les chevillères et les cymbales des doigts.

Les hommes portent également le dhoti, bien qu’il soit généralement blanc ou le noir, et non les couleurs vives portées par les femmes. Le dhoti peut être porté comme une jupe, ou il peut être enveloppé par la
des jambes pour en faire un vêtement ressemblant à un pantalon.

Certains hommes porter des vêtements supérieurs, tels que des gilets ou des chemises ajustées, tout en d’autres ne le font pas. Presque tous les hommes portent de grands turbans. Les hommes aussi porter certains bijoux, tels que des bagues, des bracelets de cheville et des bracelets.
Beaucoup ornent leur turban de plumes

L’armée de Vendhya

Même l’armée est concernée par les règles religieuses et règlements. Seuls les membres de la caste Kshatriya peuvent combattre dans l’armée, donc la plupart des soldats vendéens sont des Kshatriyans
les nobles ou les soldats qui ont au moins un niveau de noblesse.
D’autres soldats viennent des Nayars, une sous-caste de guerriers
des Kshatriyas.


Les nobles Kshatriyas forment l’épine dorsale des forces combattantes. Ces soldats de caste s’entraînent pour la guerre leur
des vies entières. Beaucoup ne sont pas vraiment adaptés à cela ; ils n’ont pas la la volonté de tuer ou les réflexes nécessaires pour les maintenir en vie.
Cependant, tout autant de personnes peuvent brandir un cimeterre, une lance légère et s’inclinent aussi facilement qu’ils peuvent s’allonger dans leurs luxueux palais.


En temps de guerre, chaque Kshatriya porte un corselet en écaille surmonté de un chapeau en acier. Ils portent des lances légères pour utilisation à dos de cheval et des cimeterres pour le combat au corps à corps.

La plupart portent également des arcs courts mais puissants, leur donnant la capacité d’agir comme des archers si le besoin s’en fait sentir. Bien qu’ils soient formés à la de l’art du tir à l’arc qu’ils doivent descendre pour unité d’archer.


Les lanciers sont des soldats ou des nobles/soldats qui combattent de
à cheval. Ils sont équipés d’une armure chahar-aina, lances légères, kukris et khandars (tous décrits dans l’ouvrage de Tito Trading Post). Ils peuvent également être équipés de des cimeterres au lieu de khandars.

Les fantassins sont des archers, des fantassins ou des frontaliers (voir Hyboria’s Fiercest pour le rôle des frontaliers en Vendée).
Les archers manient avec précaution leurs arcs de chasse traditionnels,
s’entraîner pendant des heures chaque jour, en travaillant sur les deux points précision et volées rapides de flèches en arc. Ils portent des jerkins en cuir et des casquettes en acier dans la bataille.

Le soldat à pied apprend les arts subtils de la lance et du bouclier. Il porte un jerkin en cuir et se protège avec un grand bouclier. Il porte une lance de chasse à larges lames, plus utile pour épingler les membres des tribus à la de la terre que du gibier de chasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *