Catégories
Hyboriens

Zamoriens

Un royaume de l’est fondé par les anciens Zhemrides millénaires avant l’ère de Conan. La nation se trouve au sud-est de l’Hyperborée, à l’est de la Brythunie et de Corinthe, au nord de Koth et à l’ouest de la steppe turanienne. A sa frontière orientale se dressent les Monts Kézankiens, derrière lesquels s’étendent des marches appartenant à Zamora, mais contestées par leTuran.
Les Karpash se dressent sur la frontière occidentale et une petite chaîne montagneuse interdit l’accès par le sud.

Les passes sont généralement bloquées par les chutes de neige et les pluies printanières. Des fortins occupent les montagnes pour protéger le pays et prélever les taxes.

La capitale de Zamora, Shadizar, prospère sur la Route des Rois. Zamora est un royaume ancien et particulier, écrasé par un des potisme absolu, le roi étant placé sous la gouverne d’un sorcier. Le culte majoritaire est celui du dieu-araignée Zath, centré sur Yezud. Zamora fut fondée par les Zhemor au temps où l’ancienne Hyperborée était renversé par les Aesir.

Les Hyboriens ont lancé des chasseurs d’esclaves sur Zamora par le passé, mais n’ont jamais réussi à en déstabiliser le gouvernement.

• Population: 3.300.000.
• Capitale:
Shadizar(pop.410.000).
• Dirigeant:
Roi Mitratides.
• Villes importantes:
Arenjun (pop.330.000), Yezud (pop.110.000).
• Niveau de technologie:
Moyen-Orientpendantl’Antiquité.
• Alliés:
Turan.
• Ennemis:
Hyperborée.
• Religion:
Zath,Bel,Ishtar,Nergal.
• Inspirations:
Moyen-Orient,Roms,Tziganes,Bohême.

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Le nom, qui provient peut-être de la ville espagnole de Zamora, désigne ici les Roms.

Une sale race


Les prêtres et les sorciers semblent être toujours en abondance dans
Zamora, bien que leur présence soit loin d’être aussi visible comme dans la Stygie. Zamora est un ancien royaume d’une race ancienne et mystérieuse connue sous le nom de Zhemri,


La fortune des Zhemri et, plus tard, de Zamora s’est accrue et a diminué constamment. Actuellement, la civilisation vieille de 3 000 ans est tombé en décadence et son peuple est considéré comme une race de voleurs, d’égorgeurs et de sorciers.


Les Zamoriens ne respectent pas les droits des autres. Ils font ce qui est le mieux pour eux. La corruption est un mode de vie dans Zamora et est attendu et encouragé. Quelques Zamoriens vont même jusqu’à attendre le versement d’un pot de vin avant d’entamer des négociations commerciales.


Les emplois sont pris avec l’attente d’une corruption qui fera partie des revenus. Les emplois sont proposés en prenant en compte les pots de vin qui graisseront les rouages des transactions commerciales.

La justice dans les tribunaux, ainsi que les services publiques sont à vendre au plus offrant. La corruption produit cynisme et une méfiance générale à l’égard des institutions.

Les Zamoriens, dans l’ensemble, ne font pas confiance à la l’intégrité du gouvernement, des tribunaux, de l’application des lois, de la religion et de tout ce qui pourrait être touché par la corruption.

Voleurs fidèles

Les Zamoriens font les meilleurs voleurs et sont réputés pour ne pas trahir leurs employeurs, si ils se sont engagés pour un travail.
Cela n’a rien à voir avec l’honneur mais les Zamoriens sont conscient que leurs réputations est excellente pour leurs affaires.

Vêtements Zamoriens


Toutes les classes sociales portent des manteaux ou des couvertures lorsque le temps est froid ou humide. Il est probablement le premier signe de statut en Shadizar, les styles vestimentaires et d’apparence parmi les classes économiques révèlent souvent plus que
prévu. Les femmes s’habillent de façon provocante et l’ornementation tend d’être quelque peu érotique.


Chez les pauvres, l’habillement est généralement considéré comme une expression l’individuelle. Les vêtements sont généralement volés,

transmis par d’autres ou achetés d’occasion.
Les cicatrices, les tatouages et le piercing corporel sont courant pour les classes inférieurs, car ceux-ci renforcent l’individualité et différencie les personnes qui ont le sentiment d’être perdus dans la masse.


Ceux qui appartiennent à la classe des serviteurs ou des artisans ont tendance à portent des vêtements adaptés à leur vocation, bien que beaucoup ajouter des touches personnelles comme un clin d’œil à l’individualisme. Les apprentis portent des tabliers en cuir. Les prostituées et les danseuses portent des petites bourses qui tintent de pièces de monnaie, parfois avec deux bandes de soie, parfois non. Les ouvriers portent tuniques rugueuses. Les muletiers utilisent des fouets pour conduire leurs bêtes. Bien que les Zamoriens aient la peau foncée par nature, les classes ouvrières ont la peau la plus sombre à cause de la la plupart du temps en plein air.


Les marchands ont tendance à porter du velours, du lin fin et quelques soies. Les vêtements sont choisis en fonction de leur qualité et de leur facilité d’entretien. Les vêtements doivent être bien faits tout en étant fonctionnelle. La polyvalence est plus importante que l’aspect artistique ou les mérites esthétiques. Beaucoup de ceux qui accèdent à ce rang depuis les classes plus faibles portent des gants pour cacher les cicatrices et les aspérités de leurs mains, ce qui pourrait trahir leurs origines modestes.
Lorsque la richesse d’une personne augmente, les bijoux remplacent le corps de piercing et de tatouage.

Lorsque l’on se tien parmi les riches, on ne lésine pas pour cacher ses marques qui seront maintenant considérées comme grossières ou contre-culturelles.

Les nobles portent de la soie et d’autres matériaux de haute qualité. La valeur esthétique, le savoir-faire et la qualité sont plus important que la fonctionnalité ou l’expression individuelle.


Il est surprenant de constater que les bijoux sont portés avec parcimonie, mais le peu est porté toujours de la plus haute qualité.

Les couleurs ont tendance à être sourdes et discrètes. Une peau pâle est
considérée comme belle et saine et est également un symbole de
la richesse et de bonne lignée.

L’armée de Zamora


L’armée régulière de Zamora compte environ 10 000 hommes.

Ils portent des casques en acier, des jambières en bronze, des boucliers et des armures en cuir clouté.
Leur l’arme principale est la lance, bien que les arcs, les piques et les épées courtes sont également courantes.

Si le roi de Zamora décide qu’il a besoin de plus d’hommes dans l’armée, il se contente de décréter tel quel et c’est fait.
Il peut ordonner à tout homme, femme ou enfant de servir dans son armée pour une durée indéterminée. Zamora n’a pas la hiérarchie des nations hyboriques, où les règles civilisées de préséance et de fidélité régissent la vie du peuple. La plupart des l’armée régulière est stationnée dans la ville où se trouve le roi dans, généralement Shadizar ou Arenjun.

La tactique habituelle de Zamora contre les forces d’invasion est d’assassiner les commandants ou de maudire les dirigeants du royaume qui a envoyé les unités adverses. L’armée actuelle est plus adapté à la chasse aux renégats, aux dissidents et aux criminels qu’à combattre face à une armée.

Les soldats voyagent souvent par groupes de cinq. Habituellement, trois sont armés d’arcs et deux sont armés de piques. Tous les cinq portent des épées courtes et des boucliers sur le dos lors de la marche.

La garde royale zamorienne, appelée « Propre au Roi », est l’élite de l’armée régulière. La plupart des membres de la garde royale sont des Zamoriens qui se sont montrés singulièrement habiles à trouver rebelles et criminels; et qui ont réussi à établir les contacts appropriés en proposant les pots-de-vin aux bonnes personnes. Bien que la plupart des gardes royaux ont mauvaise réputation, certains sont réputés pour leurs bravoures. Ces hommes sont souvent choisis pour accompagner le roi lors de ses déplacements. Le roi stationne également les gardes royaux avec les personnes d’importance ou d’influence, c’est un signe de grande faveur.

La garde (garde de jour, garde du soir et garde de nuit). La milice est la force de police des villes de Zamora. Ils travaillent pour les magistrats. Leur pouvoir; qui découle d’un mandat royal, est suffisant pour maintenir l’ordre ou, inversement, pour soutenir la criminalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *