Catégories
Hyboriens

Zingariens

Une nation non-hyborienne située au sud des Marches Bossoniennes d’Aquilonie et du Pays Picte, à l’ouest de Poitain et d’Ophiret au nord des possessions argossiennes.

Les rivières Noire et Tonnerre passent en Zingara et se déversent dans l’Océan Occidental le long de ses côtes. La rivière Alimane forme la frontière avec le Poitain. Le long de la frontière picte se trouvent des terrains boisés et un éperon des Montagnes de Poitain.

Les Monts Rabiriens courent le long de l’Alimane et séparent l’est de Zingara du royaume d’Argos. Une forêt hantée de goules et cachant une vieille cité en ruines sépare Zingara de l’Argos au sud.

Il y a aussi des marais infestés de monstres. La nation fut fondée par des gens originaires de la Vallée de Zingg, des Pictes et des tribus hyboriennes. La plupart des historiens placent les Zingariens parmi les Hyboriens. Les Zingariens pratiquent l’agriculture, l’élevage mais surtout le commerce maritime. Le régime est celui de petits princes qui se querellent entre eux sous l’hégémonie de Kordava. Une guerre civile déchire le pays.


• Population: 2.300.000.
• Capitale:
Kordava (pop.280.000).
• Dirigeant:
Roi Ferdrugo.
• Villes importantes:
Jerdia (pop.50.000).
• Niveau de technologie:
Ere Mérovingienne.
• Alliés:
Aucun.
• Ennemis:
Argos.
• Religion:
Mitra, Ishtar et Bel.
• Inspirations:
Péninsule ibérique. Marins portugais & espagnols lors de la découverte du Nouveau Monde (film 1492 Christophe Colomb).

Influences connues pour
Robert E. Howard :

Terme ancien faisant référence aux tziganes, Zingaro désigne ici ce qui correspond à la péninsule Ibérique ; il est possible que Howard ait confondu Zingara et Zamora, ville de cette région.

Famine

Le Zingara est actuellement en pleine famine, ce qui marque la fin d’une période de prospérité.
Les guerres civiles ont tué un grand nombre de paysans, il n’y en a plus assez que pour nourrir la riche élite. C’est une des raisons pour laquelle il n’y a que très peu d’infanterie en Zingarie; tuer des paysans diminue l’approvisionnement en nourriture.

Cette famine a créé un niveau élevé de criminalité. Alors que les champs étaient brûlés et les gens ont été tués, la perspective de la famine est devenu évident, alors ils ont fait ce qu’il fallait pour survivre, tuer les animaux de trait pour se nourrir et manger le grain qui avait été mis de côté pour la plantation de l’année suivante.

Cela a réduit la capacité de production l’année suivante, ce qui a créé un nouveau cycle, avec les mêmes résultats. Comme les gens l’ont constaté eux-mêmes de moins en moins capables de produire de la nourriture, ils a commencé à se tourner vers les routes – le banditisme est devenu la norme. Plus aucun commerçant sensé n’emprunte la route commercial Zingarienne.

Ceux qui ne voulaient pas devenir des bandits affluaient dans les villes. Les villes avaient de plus en plus de moyens d’échanger de la nourriture, donc la nourriture était plus abondante dans les villes. Alors que les paysans affluaient vers les villes, ils les ont inondées et ont créé une classe de pauvre comme Zingara ne l’avait jamais connu auparavant.

Les citadins pauvres, désespérés, s’adonnent souvent au crime et progressivement à la piraterie. La criminalité est aujourd’hui élevée dans la plupart des villes du Zingara. Les villes sont essayer de distribuer de la nourriture à ces pauvres pour les maintenir mais ce processus commence à faire sentir ses effets néfastes à la prospérité.


Pourquoi les habitants de la ville devraient-ils travailler alors que les sans-le-sous mange gratuitement ? La famine se propage à travers le Zingara et avec la famine vient la maladie.

Vêtements zingarans

Les Zingariens s’habillent lorsqu’ils en ont la possibilité avec classe. Les hommes portent souvent des juste-au-corps et des doublets de soie à manches bouffantes et fendues. Les manteaux pendent de leurs épaules.

Les bottes des meilleurs cuirs de Kordavan ornent leurs pieds. Les soldats s’habillent en acier et en satin. Les armures et les vêtements sont toujours ornés et fabriqués dans le meilleur matériau que l’on puisse se permettre, volé ou fabriqué.

Les fines moustaches noires sont également communes. Les soldats royaux s’habillent en rouge et jaune, qui sont considérés comme des couleurs porte-bonheur.

Les riches ont tendance de s’habiller avec éclat alors que les roturiers portent des vêtements plus discrets tonalités.

Les femmes non mariées portent les cheveux longs ; les femmes mariées les femmes se regroupent en coiffures ou en bandes de cheveux.

Flibustiers zingariens

Les flibustiers étaient autrefois de loyaux sujets zingariens qui ont reçus des chartes légales en tant que corsaires pour s’attaquer à la navigation argossaise et arrêter les Barachans.
La féroce indépendance des Zingarans s’est vite imposée et les Flibustiers sont devenus des renégats, qui vivent même sur les navires de leur propre pays. Ce coup de poignard n’a pas fait l’affaire des Zingariens.

Les flibustiers ne sont pas les bienvenus dans les ports zingarans. Comme toujours, les pirates renégats se retrouveront pendus s’ils se montrent.

De même, ils ne sont pas les bienvenus à Tortage dans les Barachans.

Leurs bases se trouvent en dehors de Zingara, bien que personne ne sache exactement où. Peut-être y a-t-il de minuscules nations entre le Zingara et le désert Picte ou entre Argos et le Zingara. Peut-être que les flibustiers ont une ville ici où ils peuvent écouler leurs marchandises en toute sécurité. Un certain nombre d’îles pourraient se trouver au large de des cotes de Zingara, d’Argos, du Chem ou du désert sauvage picte qui ne sont pas assez grandes pour être représentées sur les cartes standard ou qui ont simplement été oubliées.

Le capitaine d’un bateau de Flibustiers est l’autorité absolue… du moins tant que son sens de la navigation, son habileté à l’épée et son succès dans l’acquisition de pillage se maintiennent.


Pour obtenir le grade de capitaine, un Flibustier qualifié doit tuer l’ancien capitaine dans un combat loyal. Tout ce qui n’est pas fait dans les règles est considéré comme une mutinerie, le dernier choix pour un équipage opprimé.

Il existe une tradition très ancienne d’appâter les étrangers parmi les flibustiers, où les étrangers sont testés avec violence. Cela permet d’établir le statut d’un étranger parmi les flibustiers :

Les essais sont à la fois brutaux et sanglants. Les pirates se pressent autour de l’étranger de façon menaçante. Un homme pousse la bagarre. Elle commence par des railleries et des insultes, puis la bagarre commence. Il s’agit d’un combat individuel et la façon dont l’étranger se comporte établit son « rang » parmi les les membres d’équipage. L’étranger n’a pas besoin de gagner mais il ne doit pas se montrer lâche ou faible.


Les Flibustiers s’habillent de façon typiquement pirate. Ils portent des écharpes, des poitrines nues, des pantalons de soie, de grandes boucles d’or dans les oreilles, des sabres, des coutelas, etc. Ces pirates naviguent souvent dans des Caraques ; ce sont de grands navires.

Les flibustiers sont rapace et cruel et sont craints autant que les Barachans, surtout par les Argoséens. Ils maraudent les navires et font des raids dans les villes côtières. Heureusement pour les nations côtières et le commerce maritime, les Flibustiers sont peu nombreux, ce qui fait que la poignée qui existe toujours est tristement célèbre et reconnu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *